Expatriés et non-résidents – Quelles conditions pour un rachat de prêt ?

Dans un contexte de taux d’intérêt historiquement bas, il existe de nombreuses raisons pour les non-résidents et les expatriés de renégocier leur prêt immobilier. C’est d’autant plus le cas si vous avez souscris à ce prêt il y a plusieurs années.

Alors que les taux d’intérêts immobiliers sont en continuelle baisse depuis le début des années 2000, il se peut qu’un prêt contracté il y a plusieurs années constitue un coût important aujourd’hui, notamment aux vues des taux moyens actuels s’articulant entre 1% et 2% (selon la durée du prêt). Il existe donc une fenêtre d’opportunité pour faire baisser le cout mensuel de votre crédit immobilier ou bien réduire la durée du prêt en gardant les mêmes mensualités mais en assurant un remboursement plus rapide. 

Concernant votre situation d’expatriation, il est intéressant de noter que les conditions de rachat de prêt sont similaires à celles des résidents. Si certaines banques appliquent une surcote aux taux appliqués aux expatriés/non-résidents, ce n’est pas toujours le cas et certains taux peuvent être très similaires à ceux appliqués aux résidents.

La procédure est ensuite la pratiquement la même que pour un crédit immobilier classique. Le seul détail réside dans la demande d’un décompte de remboursement auprès de votre banque.

Enfin, on notera que le rachat de prêt n’est intéressant que si le nouveau taux d’intérêt est significativement inférieur au taux d’intérêt du crédit initial. Un rachat de prêt engendre en effet des frais (frais de dossier, frais de courtage, frais de garantie, pénalités de remboursement), ces derniers doivent cependant être compensé par le différentiel obtenu avec le nouveau taux d’intérêt.